Catégories
Métiers à l’international Métiers du conseil

Léonard LIFAR

Consultant sénior en communication stratégique & relations presses – 35° Nord – Paris – Promotion 2017

Portrait réalisé par Clara LE FRANC & Gwladis Le ROUX – Premières années promotion 2020-2021

Son parcours

 Après avoir obtenu mon baccalauréat ES, j’ai effectué une première année de droit. J’ai ensuite intégré Sciences Po Rennes. En deuxième année, j’ai choisi la spécialité Service Public et en troisième année, je suis parti étudier à Edimbourg. Par la suite, j’ai intégré le séminaire Relations Internationales en M1 à l’IEP, puis j’ai fait une année de césure et un stage de 6 mois en Afrique du Sud au sein du groupe Business France. Ensuite, j’ai eu la chance d’effectuer un second stage dans le cabinet d’affaires publiques Portland à Paris.J’ai intégré le Master Affaires Internationales 212 à Paris Dauphine. Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai débuté un stage chez 35° Nord et j’y travaille depuis. 

Son année à l’étranger

J’ai effectué ma troisième année à Edimbourg et j’ai été dépaysé notamment concernant les études, la pédagogie et le mode d’évaluation. Cette année à l’étranger a été pour moi une année studieuse mais je n’ai pour autant pas hésité à voyager aux quatre coins du Royaume-Uni, notamment en bus. Cela m’a permis de découvrir les différentes provinces du Royaume-Uni et de fêter la Saint-Patrick à Belfast (Irlande du Nord) avec mes camarades de promotion de Sciences Po Rennes.

Un fait marquant 

Un événement qui m’a marqué est mon premier stage que j’ai réalisé dans le think tank de l’IFRAP. Au-delà du fait que ce fut mon premier stage, c’est le contexte dans lequel je l’ai obtenu qui m’a marqué. En effet, suite à une candidature spontanée, la directrice de l’IFRAP m’a re-contacté alors même que j’effectuais des courses pour le CRIT… Cette première expérience m’a beaucoup apporté, d’autant plus que j’ai pu être publié sur le site web de l’organisation, ce qui a été pour moi un réel accomplissement. 

J’ai par ailleurs été très marqué par mon responsable de séminaire en M1, M.Vaicbourdt, un ancien diplomate qui m’a beaucoup appris. 

Ses attentes

J’ai intégré Sciences Po Rennes car j’étais passionné d’histoire et très intéressé par la politique, ce que j’ai bien retrouvé durant mon cursus. Par ailleurs, la politisation des étudiants m’a permis de me forger une opinion et de gagner en ouverture d’esprit. Cela m’a fait sortir de ma zone de confort intellectuelle. 

Ce que je regrette, c’est le décalage ressenti entre la scolarité et le monde professionnel. J’aurais aussi apprécié suivre des matières plus “terre à terre” comme la gestion. Sciences Po m’a aidé à développer une solide culture générale mais le danger de l’intellectuel analysant le monde depuis sa tour d’ivoire peut amener à des difficultés lorsqu’on intègre ensuite le monde professionnel. 

L’avenir de Sciences Po Rennes 

Pour moi, il faudrait que Sciences Po Rennes s’ouvre davantage à l’international et notamment par le biais de cours en langue étrangère et particulièrement en anglais. L’engagement associatif des étudiants sur des projets d’utilité publique pourrait être lui aussi plus approfondi et poussé en étant réellement valorisé voire rendu obligatoire. Finalement, tout le monde devrait pouvoir trouver son bonheur en ce qui concerne les cours, et il pourrait être intéressant de développer des partenariats supplémentaires afin d’offrir un éventail d’enseignements plus large. 

La raison d’être de Sciences Po Rennes 

« Penser le monde et s’engager » résume ce que l’on peut attendre d’un étudiant d’IEP. Sciences Po nous offre un large éventail de cours passionnants pour apprendre à analyser le monde à l’échelle de Rennes, de la Bretagne, de la France, de l’Europe et du monde. Ensuite, le rôle des élèves est de ne pas être de simples spectateurs mais d’y participer.