Catégories
Métiers de l'humanitaire et du social Métiers du juridique

Romane BRETON-FLOC’H

Protection Juridique & Humanitaire – Diverses organisations internationales – International – Promotion 2014

Portrait réalisé par Marie Selma Sayegrih et Marion Merel – Premières années promotion 2020-2021

Son parcours

J’ai fait un double master à SciencesPo Rennes (European and international affairs) et à l’institut de droit international d’Aix-en-Provence (Humanitarian action and law). J’ai ensuite fait mon stage de fin d’étude au Burundi puis je suis revenue en France et ai travaillé chez France terre d’asile en tant que juriste en centre de rétention administrative. En 2017, je suis partie au Cambodge avec Avocats sans Frontière France. C’est ensuite au Nigeria que j’ai poursuivi mon parcours avec l’ONG Première Urgence Internationale. Cette année, j’ai travaillé avec l’ONG Danish Refugee Council et je fais aujourd’hui une pause avant de commencer un nouveau contrat.

Son année à l’étranger

Mon année à l’étranger constitue pour moi une expérience décisive dans mon parcours puisqu’elle m’a permis de me conforter dans l’idée de travailler dans l’humanitaire.

J’ai fait deux stages lors de mon année à l’étranger. J’ai passé sept mois à Madrid dans une fondation qui soutient des pays en développement. Ensuite, je suis partie en Palestine trois mois. Cela a été une révélation totale. J’ai toujours été passionnée par ce pays, c’était un rêve pour moi d’y aller. J’étais dans une association agricole militante. Faire des stages cela nous permet de nous conforter ou non dans nos choix, je vous conseille vivement d’en faire le plus possible.

Un fait marquant

Je garde un excellent souvenir de mon retour de Palestine, lorsque j’ai débattu avec un autre étudiant qui, lui, revenait d’Israël. Cela a créé énormément de discussions et débats. L’essence de Sciences Po était vraiment présente dans ces événements. D’autant plus que nous étions dans la même classe et qu’il fallait faire des exposés. A de nombreuses reprises nous n’étions pas d’accord et cela m’a plu de partager nos opinions. A ce moment-là j’ai vraiment trouvé que SciencesPo nous enseigne à développer nos capacités d’analyse et d’argumentation.

Ses attentes

Avant de rentrer à Sciences Po Rennes, mes attentes concernaient principalement la pluridisciplinarité qu’il existe à l’IEP, ayant peur de me spécialiser trop jeune. Ainsi, même si aujourd’hui je n’utilise pas tout ce que j’ai appris en cours, cela me permet tout de même d’avoir une vision d’ensemble des enjeux, n’étant pas experte dans un domaine en particulier. Il n’y a pas de choses qui m’ont spécialement manquées car même si dans mon parcours j’ai pu rencontrer des difficultés, comme faire un stage en Palestine ou un master à Marseille, j’ai tout de même pu le faire en persévérant. Peut-être qu’il faudrait améliorer ces procédures en les rendant plus faciles d’accès aux étudiant.es.

L’avenir de Sciences Po Rennes 

Pour les 30 prochaines années, j’aimerais que Sciences Po Rennes continue sa politique de démocratisation : à mon époque, 30% des élèves étaient boursiers et j’étais fière d’appartenir à Sciences Po Rennes pour ça. Effectivement, ça a joué un rôle très important pour moi qui, au sortir de ma prépa, n’en pouvait plus de l’élitisme qui pouvait y régner et auquel je ne me sentais pas appartenir.

De même, j’espère que l’IEP continuera de maintenir sa politique d’accueil des étudiants étrangers pour permettre à tous une forme d’échange culturel, avant l’année de mobilité. De même, j’espère que l’IEP continuera de soutenir les partenariats en 3A, qui est l’année la plus importante selon moi, en améliorant notamment la possibilité d’effectuer des stages.

En définitive, Sciences po Rennes a réussi à ouvrir ses portes et les profils qui pouvaient y accéder, contrairement à d’autres IEPs ; à ce niveau-là j’étais très fière d’appartenir à sciences po Rennes.”

La raison d’être de Sciences Po Rennes 

« Les débats et l’ouverture à l’étranger pour permettre aux étudiants et étudiantes de rendre vivant la théorie qu’ils étudient”.