Catégories
Métiers de l'administration publique Métiers du sport

Muriel ELISSALDE

Directrice du Comité régional de Normandie Handisport – Hérouville / Normandie – Promotion 1994

Portrait réalisé par Pierrick POURCHER & Evan DAVIES – Premières années promotion 2020-2021

Son parcours

Mon parcours sera atypique : après avoir exercé la profession que je visais depuis toujours, celle de journaliste – secrétaire de rédaction, j’ai eu un accident de la route ; je me suis réveillée paraplégique. Ayant toujours été sportive j’ai repris le tennis mais en fauteuil pour intégrer l’équipe de France en parallèle de mon activité professionnelle. J’ai raccroché la raquette depuis 2008 mais poursuivi mon activité de directrice au sein du comité régional handisport. J’utilise aujourd’hui mes compétences acquises notamment à Sciences Po pour manager une équipe, monter des projets de développement et chercher des financements, réfléchir au plan de communication, …

Son année à l’étranger

Quand j’ai fait Sciences Po l’année à l’étranger n’existait pas. Ce sont près de 40 tournois internationaux qui m’ont permis de découvrir tous ces pays, les cultures et les niveaux de richesse… et mes périples pleine nature en vacances chaque année au Canada/USA/Norvège qui ont continué à m’ouvrir l’esprit en allant au contact des habitants. De belles leçons de vie qui permettent de relativiser… ce que j’attendais du métier de grand reporter et de la communication m ‘a été apporté par ce canal.

Un fait marquant

J’ai obtenu des stages dans le milieu journalistique grâce au fait que je faisais Sciences Po. Je me suis ainsi retrouvée à interviewer des personnes comme Omar Sharif / Sylvie Joly par exemple qui ne sont certainement pas des personnalités pour vous aujourd’hui mais qui pourraient, pour comparer, être du niveau de Jamel. Impressionnant mais ça m’a permis de confirmer que le journalisme était ma vocation. La qualité des intervenants a aussi été marquante, sur les disciplines que j’adorais comme l’histoire, ou lors de l’intervention d’un élu responsable au niveau de la défense nationale, sans compter le volume de travail qui arme pour les postes à responsabilité. 

Ses attentes

Que la qualité, le niveau des intervenants nous ouvrent à l’exigence des professions à exercer et nous arment pour les responsabilités en conservant un côté humain dans la gestion des RH. Que le cursus soit suffisamment formateur en pratique pour pouvoir s’insérer dans le milieu professionnel rapidement. J’aurais aimé être encore plus opérationnelle, avoir plus de stages et avoir cette année à l’étranger qui n’ existait pas pour moi quand j’ai suivi le cursus. Comme on vante les mérites d’un esprit sain dans un corps sain, ce en quoi je crois foncièrement, avoir des créneaux de sport obligatoires dès la première année aurait fait la différence pour moi.

L’avenir de Sciences Po Rennes 

Un avenir où Sciences Po reste une valeur sûre : les étudiants y trouveront le niveau d’exigence, la qualité des intervenants, l’ouverture vers l’étranger avec des temps de stage accrus pour être plus efficaces encore dès la sortie quand la profession visée le permet bien sûr.

La raison d’être de Sciences Po Rennes 

L’excellence mais avec modestie et proximité… Sciences Po continuera à faire partie des établissements fournissant une partie de l’élite dans divers domaines. Restons proches du terrain et humbles. Certes Sciences Po est un gage de qualité en terme d’enseignement mais ne pensons pas que chacun(e) aura un chasseur de tête à la sortie pour lui proposer des ponts d’or, et essayons de faire en sorte que la formation des futurs cadres d’État qui seront sur des postes à responsabilité les garde bien ancrés dans la réalité.