Catégories
Métiers à l’international Métiers de la finance

Caroline LEROUX-MOREAUX

Chargée de communication éditoriale – BNP Paribas – Cardiff – Promotion 2012

Portrait réalisé par Erell Simon et Alexandra Thibaudeau – Premières années promotion 2020 – 2021

Son parcours

Tout d’abord, après avoir suivi le master Communication des Organisations à Sciences Po Rennes, j’ai fait en alternance chez Groupama à Paris. J’ai ensuite été embauchée dans l’entreprise en CDI au service presse. Ce premier emploi m’a permis de développer de nombreuses compétences que j’ai ensuite su appliquer durant plus de 3 ans au sein de cette entreprise dans un contexte marqué par la crise financière de 2011. Suite à cela, l’envie de travailler en lien avec l’international m’a amené à me diriger vers BNP Paribas Cardiff où je travaille encore actuellement. J’y ai débuté en tant qu’attachée de presse et, depuis un an, je travaille sur la communication de la direction générale.

Son année à l’étranger

J’ai passé une année universitaire entière à Cardiff en parcours “politiques européennes”, car étant bretonne je souhaitais découvrir le pays, la culture et l’identité du Pays de Galles. Je pense que la durée d’un an pour étudier à l’étranger est adéquate pour s’imprégner du pays et s’habituer à travailler avec d’autres personnes de nationalités différentes.

Cette année à l’étranger a représenté pour moi une ouverture importante, très utile dans la construction du projet professionnel. Je suis très heureuse d’avoir eu l’opportunité de faire cette année à l’étranger comme cela.

Un fait marquant

Mon parcours en alternance m’a beaucoup apporté. Cela m’a permis de me rapprocher du monde de l’entreprise ainsi que de se professionnaliser. En plus d’y avoir développé de nouvelles compétences, plus opérationnelles, l’alternance fut un élément déclencheur dans le choix de mon métier. Mais ce fut aussi un tremplin vers l’emploi puisqu’en effet, suite à cela, j’ai décroché son premier emploi.

Durant mon cursus, je me suis aussi engagée dans la création de la Junior Entreprise de l’école, ce qui m’a permis de travailler sur des projets variés allant de la prospection au marketing et à la communication.

Ses attentes

Mon attente principale en arrivant à Sciences Po Rennes était la volonté d’apprendre, à prendre de la hauteur et à développer mon esprit critique sur une variété de sujets. Par exemple, aujourd’hui j’utilise encore la méthode et les réflexes appris pendant mon cursus pour rédiger des discours sur des sujets très différents.

Pour moi, il ne faut pas attendre la troisième année pour faire des stages et se professionnaliser. Les coopérations entre Sciences Po Rennes et d’autres écoles sont très pertinentes car elles permettent de s’ouvrir à d’autres disciplines pour s’adapter à un monde de l’entreprise qui fonctionne de moins en moins en silos.

L’avenir de Sciences Po Rennes

Je pense que Sciences po Rennes devrait faire réfléchir les étudiants à la notion d’impact positif. Aujourd’hui, cette notion est incontournable. La crise sanitaire a accéléré la prise de conscience de la société. L’impact positif structure désormais les stratégies des entreprises et les salariés recherchent un travail qui a du sens, veulent être utiles. En tant qu’étudiante, je pense que je souhaiterais obtenir les clés me permettant de comprendre et de mettre en pratique la notion d’impact positif. Il faut favoriser les échanges avec les professionnels et ainsi d’avoir un retour sur leurs expériences pour permettre à chacun de se forger des convictions.

La raison d’être de Sciences Po Rennes

Former les étudiants pour qu’ils participent à la construction d’un monde plus inclusif et plus durable.

Dans un monde où différents types de crises se télescopent, il est important d’avoir des repères et une raison d’être. Cela permet aussi de donner un sens au travail et de créer une émulation collective autour d’un objectif commun à atteindre.